Expositions

Jusqu’au 19 février 2023

À plein volume : Basquiat et la musique

Musée des beaux-arts de Montréal

En collaboration avec le Musée de la musique – Philharmonie de Paris, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) vient de concocter une expo majeure sur l’artiste new-yorkais Jean-Michel Basquiat, considéré comme l’un des artistes les plus novateurs de la seconde moitié du XXe siècle. Cette exposition pluridisciplinaire se consacre à la musique dans l’œuvre de Jean-Michel Basquiat. Son angle d’attaque étant : explorer les liens foisonnants qui existent entre la musique et son œuvre visuelle.

Un artiste engagé

Pour Basquiat, la musique était un message, notamment sur la migration transatlantique de formes culturelles et sur la réalité brutale du racisme vécu par les artistes noirs. Son engagement au sein de la diaspora africaine et face à la politique raciale aux États-Unis est l’un des fils conducteurs de l’exposition. Ancrant l’œuvre de l’artiste dans notre époque actuelle, celle-ci s’intéresse également à la place qu’elle occupe dans la culture contemporaine.

Yayoi Kusama - fondation phi

6 juillet 2022 au 15 janvier 2023

Exposition Yayoi Kusama

Fondation Phi

Cette exposition fera découvrir aux visiteur·euse·s la profondeur spirituelle et philosophique de l’œuvre de l’artiste. Depuis ses premières incursions dans la peinture, la sculpture et la performance, Kusama se penche sur les aspects conceptuels et formels de la phénoménologie et de l’immersion. À l’heure où le numérique et le virtuel s’imposent à notre sensibilité, les environnements créés par l’artiste proposent une expérience analogique à la fois ancrée dans notre monde et au-delà de celui-ci. L’exposition regroupera trois de ses fameux bronzes en forme de citrouille, deux nouvelles salles d’observation avec miroirs, une sélection de peintures tirées de la dynamique série My Eternal Soul [Mon âme éternelle], ainsi que deux saisissantes Infinity Mirrored Rooms, dont DANCING LIGHTS THAT FLEW UP TO THE UNIVERSE [Un ballet de lumières envolées dans l’univers] (2019) qui donne son titre à l’exposition. Dans cette œuvre, une myriade d’ampoules suspendues aux couleurs qui alternent avant de s’éteindre brusquement. Les spectateur·rice·s se trouvent plongé·e·s dans l’obscurité pendant un moment, puis les sphères lumineuses se rallument lentement, enclenchant ainsi un cycle qui n’est pas sans rappeler celui de la vie et de la renaissance.

28 octobre 2022 au 19 février 2023

DISRAELI REVISITÉ, Chronique d’un événement photographique québécois

Musée McCord Stewart

L’exposition Disraeli revisité marque le 50e anniversaire d’un événement majeur de l’histoire de la photographie au Québec : le projet Disraeli. Réalisée en collaboration avec les quatre photographes du projet, l’exposition cherche à célébrer, élargir et réviser le projet original de Disraeli en rassemblant des photographies et des documents qui racontent l’histoire de plusieurs points de vue.

À travers 144 photographies (dont plus de 67 inédites), 44 documents d’archives et une vidéo, découvrez le projet Disraeli qui a fait l’objet d’une vive polémique dans les années 70, et qui a permis une réflexion profonde sur la représentativité et le droit à l’image.

LE PROJET DISRAELI

En 1972, un collectif de jeunes photographes et de recherchistes – formé de Claire Beaugrand-Champagne, Michel Campeau, Roger Charbonneau et Cedric Pearson, Maryse Pellerin et Ginette Laurin – reçoit une bourse du programme d’aide fédéral Perspectives-Jeunesse pour passer l’été à Disraeli, une ville dans la région de Chaudière-Appalaches. Pendant trois mois, le groupe réside aux côtés des habitants de la région, réalisant un portrait photographique collaboratif de « l’ordinairement vécu » dans une communauté rurale du Québec.

Tout au long de leur séjour, les membres du groupe photographient et interviewent les gens de la localité et développent des amitiés. Cette proximité permet la réalisation de portraits dans lesquels les personnes sont photographiées en action ou posant avec désinvolture dans le milieu où elles vivent et travaillent.

4 novembre 2022 au 31 décembre 2022

L’EXPOSITION PINK FLOYD : THEIR MORTAL REMAINS

Arsenal

Le Canada sera le sixième pays à accueillir l’exposition acclamée par la critique Pink Floyd: Their Mortal Remains, la grande rétrospective de Pink Floyd, de sa musique et de l’impact du groupe sur l’art et la culture. Le titre est issu de Nobody Home, une chanson sur The Wall, qui se lit « J’ai un piano à queue pour soutenir ma dépouille mortelle».

Après des débuts couronnés de succès au prestigieux Victoria and Albert Museum de Londres, en 2017, l’exposition a ensuite voyagé en Italie, en Allemagne, en Espagne et aux États-Unis attirant plus de 500 000 personnes et s’installera à Montréal dès le 4 novembre prochain à Arsenal art contemporain Montréal. Ce centre d’art situé au cœur de Griffintown est l’espace idéal pour favoriser le voyage à travers l’histoire de Pink Floyd. De ses albums légendaires aux concerts révolutionnaires, des thèmes intemporels, un design de pointe et des paysages surréalistes qui évoluent tout au long de l’exposition, ce sera l’occasion de plonger dans la force créative que représente le groupe.

La ville de Montréal a été choisie comme premier lieu pour présenter l’exposition à l’extérieur de l’Europe et des États-Unis, compte tenu de la riche histoire de la formation avec elle. S’étendant sur les cinq dernières décennies, Pink Floyd y a donné, entre 1971 et 1994, plusieurs spectacles légendaires. À titre d’exemple, le spectacle du 6 juillet 1977, le plus fréquenté dans l’histoire du stade olympique a accueilli 78 322 spectateurs. Cette prestation a aussi directement influencé le légendaire album double The Wall. La liste complète des concerts montréalais se trouve ci-dessous.

« Cela a toujours été notre souhait d’amener cette exposition à Montréal avant même sa première à Londres en 2017.Le public montréalais Montréal a toujours été en contact avec la créativité et le son de Pink Floyd et je suis très heureux que nous puissions enfin le présenter ici au centre d’arts Arsenal », a déclaré Michael Cohl, producteur exécutif et promoteur canadien de Pink Floyd.

9 novembre 2022 au 5 mars 2023

Dernière minute

Centre PHI

Et si c’était votre première minute de vie? Et si c’était votre dernière?
Préparez-vous à vivre une expérience saisissante avec cette installation sensorielle et immersive conçue autour de l’étirement d’une minute, celle juste avant de franchir le seuil, avant de mourir ou avant de naître.

Cette œuvre de 30 minutes forme un univers hypnotisant grâce à une combinaison de musique, de lumière et de projections interactives. Déplacez-vous dans l’espace baigné de vidéos et de sons et sentez-vous au milieu des éléments pour vivre cette métamorphose du point de vue d’une particule – être goutte, brûler feu, filer fumée, frissonner cendre, vibrer terre, glisser air, couler pluie, rouler vague.

« Cette expérience symbolique de bascule entre un avant et un après, du corps sur le point de passer de l’autre côté, nous l’avons composée en nous mettant à l’endroit des éléments, à l’endroit de la matière. » — Claire Bardainne

17 novembre 2022 au 4 septembre 2023

René et Lévesque: portrait intime d’un personnage plus grand que nature !

Musée de la civilisation à Québec

Qu’on ait connu René Lévesque à travers les cours d’histoire du Québec ou en plein cœur de la campagne référendaire de 1980, cette figure charismatique de la politique québécoise continue de fasciner et d’attirer. À la simple évocation de ce nom familier, on sait qu’il porte en lui une partie de notre histoire nationale, identitaire. Pour marquer le 100e anniversaire de sa naissance, le Musée de la civilisation présente, jusqu’au 4 septembre 2023, l’exposition René et Lévesque, qui bénéfice d’un apport considérable des citoyen.ne.s, avec le prêt d’objets personnels en lien avec la vie de Lévesque et des archives inédites. Cette exposition a été réalisée en collaboration avec la Fondation René-Lévesque. Elle s’inscrit dans le cadre de l’Année Lévesque, une initiative de la Fondation présentée par Québecor, en collaboration avec Hydro-Québec et avec la participation financière du gouvernement du Québec.
Au-delà du politicien, que sait-on vraiment de lui ? Les jeunes générations sont très peu au fait de sa carrière de journaliste, de correspondant de guerre pour l’armée américaine et des jalons de son ascension en politique. Et peu de Québécois.es connaissent sa tumultueuse enfance et adolescence ainsi que son saut dans la vie d’adulte comme un jeune homme différent, ultra brillant et effronté. René et Lévesque, c’est la rencontre entre l’homme intime et l’homme public, et par ces reflets croisés, le visage moins connu de celui dont le legs social, politique et culturel teinte encore la société québécoise.